air eau sante sol

Des plantes pour réduire les HAP

2018-06-07 Des plantes pour réduire les HAP

Une récente étude de l'Institut a montré que les sols de culture des Jardins partagés du poti-Rhône à Port-Saint-Louis-du-Rhône présentaient des teneurs élevées en HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques). Depuis mars, un protocole de phytodégradation est testé aux jardins. L'objectif est de détecter quelles plantes vont pouvoir efficacement éliminer les polluants organiques du sol. Une monoculture de luzerne et une association de plantes fourragères (comme la Ray-Grass ou le trèfle violet) ont donc été semées puis récoltées à des fins d'analyses, tout comme des échantillons de sols, d'eau du Rhône et des prélèvements sur jauges Owen pour analyser les retombées atmosphériques. Enfin, la diversité et l’abondance microbienne seront estimées par des mesures de la respiration du sol après la culture des plantes pour conclure sur son rôle dans la dégradation des HAP.