air eau sante sol

Comptage de particules ultrafines à Port-Saint-Louis-du-Rhône

2015-07-08 Comptage de particules ultrafines à Port-Saint-Louis-du-Rhône

Dès les premières études conduites par l'Institut en matière de particules en suspension dans l'air, il est clairement apparu que le comptage des particules ultrafines (plutôt que leur mesure en masse telle qu'elle est préconisée par la réglementation) était nécessaire pour connaître la réalité de la pollution particulaire autour de la Zone Industrielle. Depuis le début du mois de juillet, les instruments de mesure de l'Institut sont installés à Port-Saint-Louis-du-Rhône, pour une campagne de comptage qui durera 6 mois.

C'est entre les arènes et le complexe sportif Taberner qu'est installé ce dispositif, à proximité immédiate de la station d'AirPaca (association agréée pour la surveillance de la qualité de l'air), afin de pouvoir, à terme, comparer les deux signaux et disposer d'un large éventail de données. Le compteur de particules acquis par l'Institut permet de dénombrer les particules ultrafines, de 0,01 µm à 1 µm de diamètre (voir le dossier particules en suspension).

Les résultats
A l'issue des 6 mois de mesure, les résultats permettront notamment de comprendre le nombre moyen de particules ultrafines et de vérifier l’occurrence de pics intenses caractéristiques de l'activité industrielle, comme ceux décelés sur les autres sites étudiés (Fos-sur-Mer, Port-de-Bouc, Martigues).

Le matériel de prélèvement étant accompagné d'une girouette anémomètre, l'analyse des données permettra de faire correspondre les niveaux de particules et les directions de vent, afin de déterminer la provenance géographique des particules ultrafines et les conditions d'apparition des épisodes de pollution sur la commune.

Ce type de campagne sur de longues périodes de mesure est nécessaire pour connaître les causes et l'évolution des épisodes de pollution particulaire à proximité des zones industrielles et portuaires. Cette connaissance permettra d'établir des recommandations destinées au législateur, pour adapter le suivi de la qualité de l'air sur ce type de territoire, notamment en ce qui concerne les particules ultrafines.