logo institut

FOS-SEA: derniers prélèvements


La 7ème et dernière campagne de prélèvements d’eau, dans le cadre du projet FOS-SEA, s’est déroulée les 15-16 juin. L'étude porte sur une catégorie précise de polluants, les sous-produits de chloration, formés par la réaction du chlore avec les matières présentes dans l’eau de mer. Comme l’ont montré les résultats des campagnes précédentes, dans le Golfe de Fos, ces composés sont essentiellement issus des activités industrielles. Les analyses chimiques sont en cours de traitement au Laboratoire Chimie de l’ Environnement (Aix-Marseille Université) pour déterminer leurs concentrations dans la trentaine de prélèvements, réalisés devant les exutoires industriels et dans la zone portuaire. Rendez-vous en fin d'année, pour un colloque ouvert au public qui rendra compte de l’ensemble des résultats obtenus !


Toutes les actus

L'institut

L'Institut écocitoyen est une association dont les missions principales sont l'acquisition de connaissances scientifiques autour des questions sanitaires et environnementales, la transmission de ces savoirs et l’organisation d’actions de surveillance et de protection de l’environnement. Pour la première fois, citoyens, élus, industriels et scientifiques collaborent à un projet commun à l'échelle d'un territoire.

Etude de bio-imprégnation du milieu marin par les congres


Entouré par 4 zones urbaines et par l'une des plus vastes zones industrialo-portuaires d'Europe, le Golfe de Fos s'insère dans un environnement complexe, conjuguant milieux naturels classés et sites anthropisés à dominante industrielle. Du fait de leurs émissions atmosphériques ou marines, les activités industrielles réparties sur une bande littorale de près de 40 km, sont la cause d'apports de polluants dans le milieu marin qui, sur un long terme, peuvent engendrer des situations de contamination.
La gestion de ce territoire unique nécessite de développer des instruments de suivi environnemental du milieu marin, adaptés aux particularités locales et appliqués au golfe dans son ensemble. En première approche, des analyses de sédiments réalisées dans le cadre de l’étude Aigrette en 2008 ont montré des teneurs en polluants particulièrement élevées au niveau des secteurs sud et ouest du Golfe de Fos.
Afin d’établir un constat général des contaminations du milieu marin, l’Institut a mis en œuvre dès 2012, sur l'ensemble des secteurs géographiques du golfe, une vaste étude de contamination des congres par les principales substances émises par l’activité anthropique. La première phase (prélèvements) de cette étude a été réalisée de mai à octobre 2012, en collaboration avec la Société Nautique de Port-de-Bouc et des pêcheurs professionnels de Port-Saint-Louis-du-Rhône, Fos-sur-Mer.
Une vingtaine de sites ont été étudiés, réunissant 15 spécimens de taille supérieure à 1 mètre (6 à 12 ans). 8 poissons parmi les plus petits (3 à 5 ans) ont été conservés

Points Clés

  • - 1ère étude conduite par l'IECP sur l'imprégnation du milieu marin dans le Golfe de Fos.
  • - L'utilisation du congre comme bioindicateur marin pertinent a été confirmée.
  • -Les résultats montrent des problématiques de contamination des congres différentes selon leur localisation.

Résultats

Isotopes stables de l'azote (15N) et du Carbone (13C)

Les rapports isotopiques du carbone (δ15C) et de l'azote (δ13N) fournissent des informations essentielles, permettant d'identifier la position des poissons analysés dans la chaîne alimentaire et de dévoiler une certaine ségrégation géographique des individus :

  • - La progression de δ15N en fonction de la taille du poisson, puis stabilisation à 1m, indiquant également une stabilisation de leur régime alimentaire.
  • - Le δ13C permet de séparer le golfe en trois zones géographiques, en distinguant une zone ouest, une zone est et les darses. Ce type de rapport isotopique marque les apports de carbone venant du large ou des secteurs côtiers, voire les apports d’eaux douces.

En lien

Cette étude a permis d’identifier pour la première fois les effets des rejets de chlore dans les eaux du Golfe de Fos. Il en découle une première campagne d'analyses d'eau pour les sous-produits de Chloration. Depuis, une vaste étude baptisée FOS-SEA et financée par l'Agence Nationale de la Recherche a été lancée.

Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Distribution

L'analyse des HAP, portant sur les 16 composés définis comme prioritaires par l'Agence Américaine de l'Environnement (USEPA), a été réalisée au Laboratoire d'Analyses Chimiques de la Faculté de Pharmacie de La Timone.
Les valeurs mesurées (entre 0,05 et 0,26 µg/kg) ne dépassent pas le seuil réglementaire fixé en France pour le B(a)P  (2 µg/kg, seuil retiré par la Commission européenne en 2011). Les concentrations sont homogènes sur l'ensemble du golfe.
On note une augmentation de la teneur en fonction de la taille du poisson, mais pas en fonction de son ratio isotopique δ15N. Cela indique une bio-concentration en fonction de l'âge, mais pas d’accumulation au fil de la chaîne alimentaire.

Polychlorobiphényls (PCB) DL et NDL

42 congénères de PCB, dont les 6 indicateurs et les 12 PCB-DL, ont été analysés par le Laboratoire d'Analyses Chimiques de la Faculté de Pharmacie de La Timone.
Les résultats, variant entre 7,2 et 28,7 µg/kg de poids brut, montrent des concentrations inférieures au seuil réglementaire pour la consommation humaine (75 µg/kg de poids brut). Les dioxines/furanes n’ont pas été détectés. Seuls 3 des 12 PCB-DL ont été mesurés à des niveaux relativement faibles (inférieurs à 0,1 ng/kg d'équivalents toxiques, ITEQ-OMS 2005).
Au niveau géographique, les concentrations sont homogènes. L'exposition est a priori constante car aucun phénomène de bio-accumulation (âge ou chaîne alimentaire) n'a été observé. Les PCB se transformant avec le temps (perte d'atomes de chlore), la présence majoritaire de congénères fortement chlorés peut indiquer une exposition à des rejets récents, ou une contamination par les sédiments (qui constituent des puits potentiels pour les PCB).

Focus technique

La mesure des contaminations du milieu marin se fonde sur un protocole de bio-indication élaboré en collaboration étroite avec l’Institut Méditerranéen d’Océanologie, visant à répondre aux quatre critères suivants :
  • - Attester de l’origine locale des contaminants.
  • - Mesurer des variations de concentrations cohérentes avec les gammes locales de contamination.
  • - Vérifier une éventuelle accumulation le long de la chaîne alimentaire.
  • - S’affranchir de paramètres du type influence de la reproduction.
Le congre a été choisi comme indicateur en raison de son mode sédentaire et de son statut de prédateur. L’application de cette méthodologie a permis de confirmer que le congre adulte (dont la taille dépasse 1 mètre) est un indicateur pertinent pour la mesure de pollutions locales, de par sa sensibilité aux faibles teneurs en polluants :
  • - Seuls les muscles sont analysés, car ce type de tissu intègre l'exposition sur une plus longue durée que d'autres (peau, arêtes, foie…), dont les taux d’accumulation en polluants diffèrent.
  • - Les échantillons sont préparés par lyophilisation et broyage pour analyses des métaux, PCB (7 congénères réglementaires), PCB-DL (12 congénères réglementaires), HAP, PCDD/F, sous-produits de chloration et 10 pesticides.
  • - L'analyse des rapports isotopiques du carbone et de l’azote permet d’indiquer le niveau trophique des poissons, leur positionnement géographique et leur sédentarité.
Une grande partie des analyses a été menée en partenariat avec la Faculté de Pharmacie de la Timone à Marseille.

Sous-produits de chloration (SPC)

Trois familles de SPC ont été recherchées dans les muscles de congres : les trihalométhanes (THM), les acides haloacétiques (HAA) et les halophénols (HP), qui présentent les potentiels de bioaccumulation les plus élevés selon la littérature. Les analyses ont été réalisées par les laboratoires Wessling.
Le 2,4,6-tribromophénol, sous-produit de chloration le mieux bio-accumulé dans le milieu marin, a été détecté au sein des individus provenant de la sortie du chenal de Caronte à proximité du complexe de Lavéra et dans les darses du GPMM. Ces sites se caractérisent par la présence d'exutoires d'eau chlorée (figure suivante) utilisée par certaines activités industrielles à des fins de régulation thermique. Les résultats indiquent donc un impact éventuel de ce type de rejet sur la qualité du milieu marin.

Métaux

Distribution

Le cadmium (Ca) et le plomb (Pb) n’ont pas été détectés.
On note un dépassement de seuil réglementaire pour le Mercure sur 5 individus, dont 3 provenant de Port-de-Bouc (sortie du chenal de Caronte) , un autre provenant du port de plaisance de Fos-sur-Mer et un dernier pêché en darse 1. L'Agence Européenne pour la Sécurité Alimentaire (EFSA) et l'OMS préconisent un apport hebdomadaire tolérable en mercure de 5 µg/kg de poids corporel. Ainsi, au regard de la consommation moyenne française (environ 200g par semaine), la consommation des filets des congres provenant des abords du canal de Caronte représente près d'un tiers de ce seuil hebdomadaire, pour une personne de 70 kg.
Ces mêmes poissons présentent des concentrations élevées en arsenic (As).
Les teneurs en aluminium (Al), arsenic (As), cuivre (Cu), zinc (Zn) et mercure (Hg) montrent une répartition géographique inégale, avec des valeurs plus élevées à l'est du golfe. Aucun effet de bio-accumulation, que ce soit en fonction de l'âge ou avec la chaîne alimentaire, n'a été décelé.

Publications

- Poster 2015 : Etat environnemental du Golfe de Fos : biosurveillance et mesures environnementales

- Poster 2018 : Qualifying the European conger as coastal bioindicator of organic and metallic contamination

- Rapport d'étude 2017 : Évaluation de la contamination chimique du milieu marin dans le Golfe de Fos