logo institut

Facebook/InstitutEcocitoyenInstagram/InstitutEcocitoyenLinkedIn/InstitutEcocitoyen

Suivi KemOne


Après une première publication concernant le rejet accidentel de chlorure ferrique (FeCl3) du site KemOne en août 2020, un nouveau rapport décrit les observations et prélèvements de l’automne 2020. Les relevés de diversités confirment l’impact du rejet de FeCl3 sur les algues et sur certaines espèces marines (oursins, astrée rugueuse, patelle). La dispersion de la pollution avec le temps a aussi été constatée. Cependant, des dépôts de FeCl3 persistaient encore au large de l’Anse Auguette en octobre. Le suivi de diversité se poursuivra au printemps 2021, complété par les analyses des prélèvements.


Toutes les actus

L'institut

L'Institut écocitoyen est une association dont les missions principales sont l'acquisition de connaissances scientifiques autour des questions sanitaires et environnementales, la transmission de ces savoirs et l’organisation d’actions de surveillance et de protection de l’environnement. Pour la première fois, citoyens, élus, industriels et scientifiques collaborent à un projet commun à l'échelle d'un territoire.



      Mentions légales

BIO DES SOLS : Mesure de la respiration des sols comme bioindicateur

Les territoires du pourtour de l'Etang de Berre et du Golfe de Fos, de par leur identité industrielle ancienne, se composent de friches industrielles historiques et de zones actuellement exposées à des retombées atmosphériques. Disposer d'un outil permettant de déterminer et de suivre la qualité des sols et les toxicités associées permettrait aux collectivités d'identifier plus facilement les actions à mettre en œuvre pour requalifier certaines zones et pour organiser l'usage du territoire. D'importantes recherches sont conduites pour tenter d'identifier des indicateurs de la qualité des sols qui soient pertinents, faciles et rapides à mettre en œuvre. L'IECP lance donc une étude expérimentale pour évaluer l’utilisation de la respiration des sols comme bioindicateur de qualité et de dégradation des sols (contamination, tassement, imperméabilisation).

La respiration du sol correspond au flux de CO2 libéré au niveau de l'interface sol-atmosphère. Le gaz est produit dans le sol puis il diffuse dans les pores du sol, pour finalement s'échapper dans l'atmosphère. La respiration du sol est ainsi une indication de l'activité biologique des sols. L'IECP a donc appliqué cette méthode au niveau des sites sélectionnés dans le cadre de l’étude pour la détermination du bruit de fond en métaux et métalloïdes afin de tester les conditions de mise en œuvre, la sensibilité et la représentativité des résultats ainsi que l’utilisation de ce paramètre comme bioindicateur d’impacts de qualité des sols. Ce travail est réalisé à l’aide d’une instrumentation permettant de mesurer les flux de CO2 et d’eau au niveau d'un végétal ou d'un sol, le LI-COR 6400-09.

Points Clés

  • - Caractérisation des différents types de sol présents sur le Territoire Istres-Ouest-Provence et de leurs paramètres physico-chimiques.
  • - Détermination de la contamination de surface des sols en HAP et métaux.
  • - Détermination de l'activité biologique moyenne de l'ensemble des types de sols présents sur le territoire.
  • - Evaluation de la pertinence de l’utilisation de la respiration de la qualité des sols comme bioindicateur d’impact de la qualité des sols.

A savoir

Cette étude repose sur quelques notions fondamentales absolument nécessaires pour comprendre les résultats présentés ci-après.