De Fos-sur-Mer à Venise vivre, travailler dans une zone industrielle et se mobiliser face aux pollutions

De Fos-sur-Mer à Venise vivre, travailler dans une zone industrielle et se mobiliser face aux pollutions

Le vendredi 25 Novembre à partir de 14h, au Centre culturel Marcel Pagnol à Fos-sur-Mer se déroulera une journée exceptionnelle consacrée à mettre en regard  deux territoires industriels , Fos-sur-Mer et Porto Marghera en Italie.  Une série de conférences et de tables rondes précèdera  une conférence du sénateur F. Casson, ancien procureur et actuel sénateur de la région de Venise, auteur d’un livre sur l’histoire des mobilisations et le combat juridique de Mestre/Porto Marghera. A noter également l'exposition du photographe Michel Serra "OXYMORE, un regard sur ce que l’on ne voit plus". Télécharger le programme

 

Go to 3rd slide

INDEX : un bon début

INDEX : un bon début

L'étude INDEX, première étude de bio-imprégnation humaine à proximité d'une zone industrielle a été lancée il y a 15 jours. La première phase absolument décisive est celle du recrutement des participants. Celui-ci se fait par téléphone après tirage au sort. 41 personnes ont d'ores et déjà été recrutées. A Fos-sur-Mer, 24 personnes ont répondu aux critères d'inclusion et ont accepté de participer : 14 femmes et 10 hommes. A Saint Martin de Crau, ils sont 17 dont 9 femmes et 8 hommes. Pour Fos-sur-Mer, c'est la tranche d'âge 30/39 et notamment les hommes qui répond le moins bien. Il est donc important que les individus de cette catégorie soient particulièrement vigilants aux appels téléphoniques.

Index commence !

Index commence !

Voici les visages des Fosséens ayant accepté de soutenir l'étude INDEX. Une étude vitale pour le territoire, à laquelle chacun d'entre nous peut participer en décrochant son téléphone...

Toutes les actus

Nos études

Cette étude vise à évaluer, à partir de mesures d'indicateurs biologiques dans le sang et les urines, si la population vivant à Fos-sur-Mer présente des niveaux d'imprégnation significativement différents aux polluants anthropiques par rapport à un groupe témoin, tout en tenant compte des facteurs de confusion potentiels.
Pour la première fois, les contaminations historiques du territoire vont être étudiées à travers la mesure des polluants métalliques stockés dans les cernes des arbres. L'approche dendrochimique va en effet être testée pour la première fois à Fos-sur-Mer, pour les pollutions atmosphériques grâce à un partenariat avec le laboratoire Chrono-Environnement de l'Université de Besançon.
Pour savoir comment se répartissent les polluants atmosphériques sur de vastes territoires et mesurer leurs effets sur le vivant, l'Institut réalise régulièrement des relevés de flore lichénique et des prélèvements de thalles de Xanthoria parietina. L'analyse de 17 métaux et métalloïdes, 16 HAP et les dioxines et furanes (PCDD/F) de la liste OMS, permet de mesurer la bioaccumulation des polluants.
Les territoires industriels sont marqués de façon spécifique par des épisodes intenses en particules ultrafines, sans que leur suivi soit imposé par la règlementation. Afin de mieux comprendre ce type de pollution, l'étude SULTTAN réalise la mesure de la taille et du nombre de PM1 pour obtenir une donnée représentative de la quantité de particules les plus dangereuses pour la santé.
Cette étude vise à évaluer les teneurs naturelles en Eléments Traces Métalliques et Métalloïdes (ETMM) et leur comportement dans le sol. Pour mener cette étude, 30 sites, représentatifs des 7 occupations de sols prédominantes dans la région, ont été échantillonnés. Des analyses en ETMM ont ét? réalisées dans tous les horizons de sol identifiés ainsi que des mesures des principaux paramétres physico-chimiques.