air eau sante sol

Pollution en milieu marin

Le Golfe de Fos est sous l’influence des eaux du Rhône, de la nappe de Crau et de l’Etang de Berre. A ce cadre naturel, potentiellement source de pollutions (PCB, pesticides...), s’ajoute l’environnement industriel de la zone industrialo-portuaire, à l’origine de retombées de polluants atmosphériques particulaires et de rejets émis par les installations utilisatrices d’eau de mer dans leurs procédés de production. En effet, certaines activités industrielles sont amenées à rejeter de l’eau de mer traitée par un composé chloré destiné à prévenir l’activité biologique au sein des canalisations.

De plus, l’activité maritime, le rejet de saumure en provenance du site de stockage stratégique d’hydrocarbures, ainsi que les rejets accidentels de produits dangereux, contribuent au risque environnemental appliqué au Golfe de Fos.

L’ensemble de ces apports joue sur la qualité du milieu marin, défini par la composition physico-chimique de l’eau de mer et des sédiments, et par le degré de contamination des espèces marines.

L’étude Aigrette a montré en 2008 que les sédiments proches du They de la Gracieuse à Port-Saint-Louis comportaient des concentrations importantes en polluants organiques persistants. Par ailleurs.

Dans ce contexte de forte tension, et en premier lieu, l’Institut Ecocitoyen étudie la qualité du milieu marin sur le Golfe de Fos selon une approche générale, au travers d’une campagne de bio-surveillance appliquée aux espèces marines animales.

Cette étude est précisée par l’analyse chimique de prélèvements d’eau, en vue de caractériser spécifiquement la pollution issue du procédé industriel d’électro-chloration.