air eau sante sol

MILES : Caractérisation des pathologies environnementales

La compréhension de l’effet de l’environnement sur la santé passe par la connaissance des maladies qui se développent sur un territoire donné. C’est l’œuvre du réseau de médecins MILES, regroupé autour d’un objectif : développer et préciser les données de santé régionales (SIRSE PACA) qui indiquent que les territoires de l’Ouest des Bouches-du-Rhône présentent une prévalence de certaines pathologies touchant les systèmes respiratoires et circulatoires. De plus, le lien entre les maladies cardiovasculaires et le niveau de pollution a été clairement identifié dans le cadre d’une étude d’hospitalisations (CIRE PACA 2011) portant sur des territoires touchés par des émissions industrielles.

Il est donc apparu nécessaire d’établir un dispositif d’observation de la santé environnementale spécifique au territoire, qui consiste à rassembler l’ensemble des données de santé concernant les habitants du territoire intercommunal et de dresser des profils individuels d’exposition afin d’établir un lien entre un environnement pollué et l’apparition de certaines pathologies.

En premier lieu, il s'agissait de définir plus précisément la notion de « maladie environnementale ». Une première campagne a été conduite en décembre 2012 sur 139 sujets diagnostiqués au sein de cabinets médicaux du territoire Ouest Provence/CAPM. Dans un second temps, ce dispositif s'est développé pour élaborer des profils individuels d’exposition de certains patients afin d’identifier une séquence spécifique de pathologies menant à l’apparition de certaines maladies. En partenariat avec un réseau composé de 9 médecins généralistes exerçant sur le territoire, des connaissances sur l’état de santé de 242 patients ont pu être récoltées dans le cadre d’une campagne d’observation des pathologies, menée en avril 2013.

Dans le détail

La région de l’étang de Berre a été divisée en différentes sous-régions d’exposition homogène sur la base des concentrations moyennes journalières en particules dans l’air mesurées par le réseau AirPACA. Une analyse statistique, utilisant un modèle linéaire généralisé, a permis de mettre les données sanitaires en parallèle avec ces données d’exposition à la pollution particulaire, tout en prenant en compte certains cofacteurs. L’influence de la zone d’habitation du patient a pu être mise en évidence pour les cancers, les troubles mentaux et du comportement et les troubles anxieux. L’influence de la zone de travail du patient semble influer sur l’occurrence des maladies de la peau et du tissu conjonctif et des pathologies ostéo-articulaires. L’analyse des résultats a également montré que la zone d’exposition pouvait avoir un effet délétère sur la santé. Néanmoins, ces résultats doivent être considérés avec prudence, compte tenu du faible nombre de données sanitaires recueillie dans chaque zone d’exposition.