air eau sante sol

CAMESCOP - Campagne de Mesure des COV et Particules - Résultats

Composition chimique des particules

Composition Les particules sont composées de matière organique constituée de plusieurs milliers de molécules différentes, de carbone inorganique (carbone-suie), d’ions inorganiques (nitrates, sulfates, chlorures…) et de métaux. Cette composition est le reflet de leur origine, et de leur évolution dans l’atmosphère en fonction des conditions rencontrées (présence de COV, gaz, température, photochimie…). Même si le lien de cause à effet reste difficile à démontrer, il est très probable que la composition chimique des particules joue un rôle important sur leur toxicité et leur impact environnemental. En moyenne, les PM1 rencontrées à Fos/Carabins en juin 2011 sont constituées à plus de 40 % de matière organique, et environ 20 % de sulfates. Les ammoniums, nitrates et carbone suie représentent 8 à 10 % chacun, en supposant que les espèces qui ne sont pas considérées ici (métaux, chlorures, fluorures notamment) comptent pour 20 % de la masse des PM1. Ces proportions se rapprochent là encore des proportions rencontrées au sein d’une grande ville, avec toutefois une part importante de sulfates. Un caractère relativement acide notamment lors des périodes de pics de particules hors-mistral a pu être observé. Certaines de ces périodes associent également des pics en HAP totaux ainsi qu’en carbone-suie, mais pas systématiquement. Cela montre la grande complexité de la composition chimique des particules, qui peut varier considérablement selon leurs sources et leur vieillissement dans l’atmosphère. Les particules observées par mistral montrent en revanche une composition plus constante avec une très forte proportion de matière organique, suggérant ainsi une formation de ces particules par photochimie, un processus qui engendre presque uniquement des molécules organiques. Parallèlement, les teneurs en métaux mesurées à Miramas font état notamment d’augmentations en plomb et en vanadium (deux métaux caractéristiques des activités industrielles) les journées où des pics de particules sont observés à Fos/Carabins, soit les périodes hors-mistral. Il est donc probable que les épisodes de pollution en nombre de particules s'étendent jusqu'à Miramas.

COV hydrocarbures

Distribution Les composés organiques volatils (COV) sont caractérisés par la présence d’atomes de carbone et d’hydrogène. Il existe des milliers de molécules qualifiées de COV (hydrocarbures légers, alcools, aldéhydes, terpènes…), qui par définition se volatilisent facilement et parmi lesquels seul le benzène est actuellement réglementé dans l’atmosphère extérieure. Sur la deuxième quinzaine du mois, la concentration moyenne en benzène était de 0,15 ppb alors qu’AirPaca a mesuré sur l’année une concentration moyenne de 0,44 ppb, démontrant encore que la période d'étude était très favorable à la dilution des contaminants atmosphériques. Malgré tout, les épisodes météorologiques sans mistral de la deuxième quinzaine de juin 2011 ont été témoins d’augmentations significatives des niveaux en hydrocarbures. Ils sont parfois associés à des pics en SO2, et en nombre de particules (ex : période de vent de sud d’environ 48 h du 20 au 23 juin). Au contraire, l’épisode de brises du 25 au 28 juin qui présentait des pics de SO2 en journée seulement par brise de mer ne montre des niveaux élevés en hydrocarbures que la nuit par brise de terre. Lors de cette période, le nombre de PM1 reste élevé de jour comme de nuit. Cela illustre à nouveau la complexité et la diversité des phénomènes à Fos/Carabins, l’hypothèse la plus plausible étant que des sources différentes impactent le site selon l’orientation de la brise. Cependant, quelque soit le régime de brise, le site reste constamment exposé aux émissions locales.

Vers Nombre et taille